Certaines légendes ne prennent vie qu'à un endroit spécifique.

Les vins du monde entier sont catégorisés par « domaines ».

Chaque fabricant commence avec son propre champ et fait pousser son raisin pour sa propre exploitation viticole.

Et surtout, chacun possède de vastes connaissances et un vocabulaire étendu sur le raisin.

L'ingrédient principal du saké est le riz.

En tant que fabricants de saké, nous souhaitions nous rapprocher de cet ingrédient. Car comment pouvions-nos prétendre le connaître sans être à ses côtés ?

Et plus que tout, nous voulions faire pousser notre propre riz, pour en faire notre propre saké.

Notre volonté était de bâtir un pont entre l'agriculture et le brassage de saké.
Si nous voulions raconter chaque année l'histoire du riz qui compose notre saké, nous allions devoir intégralement participer au processus de sa culture.
C'est dans cette optique que nous avons débuté la riziculture à Kurodashô en 2010.

Kurodashô pour notre riz.

Kurodashô, dans la préfecture de Hyôgo, est l'un des rares endroits du Japon où la culture du Yamada Nishiki est possible. C'est une variété de riz unique et particulière, personnifiant totalement l'idéal que nous souhaitons atteindre avec nos produits. Son arôme élégant et gracieux en fait l'ingrédient rêvé pour une bonne maturation.

Le riz a lui aussi sa propre origine. Celle-ci change en fonction du climat et du sol, et l'ensoleillement, les précipitations et les températures ambiantes de Kurodashô en font l'endroit parfait pour la riziculture.

Chaque grain de riz Yamada Nishiki que nous faisons pousser comporte la complexité de saveurs et la structure parfaite pour en faire du saké. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes éloignés de nos locaux à Nagoya, dans la préfecture d'Aichi, et avons choisi d'aller jusqu'à Kurodashô.

Kurodashô pour une nouvelle agriculture.

Lorsque nous avons décidé de faire pousser du riz, nous ne savions pas quelle variété choisir.
Simplement portés par la volonté de nous tourner vers la riziculture, nous ne savions en vérité même pas par où commencer.
On imagine difficilement des débuts plus embarrassants.

« Au fond, c'est quoi, le riz ? »
« D'où vient cette plante ? »
« Quelles sont ses racines ? » « Et son histoire ? »
« Que représente le riz au Japon ? »
« Qu'est-ce que c'est, le riz, pour les Japonais ? »

Un retour aux sources s'imposait.
Nous avons donc commencé à étudier les origines du riz.

Nous avons décidé d'oublier nos acquis pour véritablement pouvoir apprendre.
Et nous pouvons maintenant projeter une nouvelle lumière sur le riz.
C'est désormais l'une de nos fiertés.

Posséder nos propres rizières nous ouvre de nouvelles possibilités.
Être étrangers à la riziculture nous ouvre de nouvelles possibilités.
Nous ne cultivons pas pour une consommation de masse, mais pour exploiter le potentiel de chaque grain de riz, comme nous savons le faire en tant qu'artisans.

Kurodashô pour notre chai.

Depuis 2010, nous avons également fondé notre propre chai à Kurodashô.

Chaque année, à chaque nouvelle récolte, nous sommes habités par l'envie de transformer notre riz Yamada Nishiki en saké le plus rapidement possible.

L'un de nos objectifs pour le 21e siècle est de réduire la distance entre la rizière et la bouteille en fondant une brasserie directement à Kurodashô. C'est le nouveau défi que nous voulons relever.

Nous sommes convaincus que nous pourrons ainsi offrir une nouvelle valeur au saké, ainsi qu'une nouvelle forme aux chais japonais.

Nous souhaitons être le fer de lance d'une révolution qui poussera tous les fabricants de saké au Japon à posséder leurs propres rizières et faire pousser leur propre riz afin de donner une nouvelle identité au saké japonais et à sa culture.

Note : Cette image est une illustration infographique.
Nous prévoyons de lancer les produits du « Domaine Kurodashô » en 2021.
Nous vous prions donc de patienter encore quelque temps.